Archives de
Mois : février 2012

« Qu’est-ce que j’aimerais pouvoir aller au cinéma… » (Δ 1ère partie)

« Qu’est-ce que j’aimerais pouvoir aller au cinéma… » (Δ 1ère partie)

Bonjour à tous et toutes,

J’aimerais vous introduire le sujet de ce billet par un extrait de film. Regardez et si vous vous reconnaissez ou reconnaissez des personnes de votre entourage, continuez à lire après avoir visualisé l’extrait :-). Il s’agit d’un extrait du film « Oui, mais…« 

Ces situations vous sont-elles familières ? Si ce n’est pas le cas, et bien elles le devraient car les rôles illustrés dans cet extrait, nous passons notre vie à les jouer. Nous passons notre vie à passer d’un rôle à l’autre. Ces rôles étant: La Victime, Le Sauveur et le Persécuteur. C’est ce qu’on appelle le Triangle Dramatique. Le Triangle Dramatique fait partie de L’Analyse Transactionnelle et des Jeux Psychologiques. C’est un modèle qui a été proposé par Stephen Karpman.

Dans l’extrait on peut apercevoir les différents rôles. Une personne qui joue le rôle du persécuteur: le fameux « Où est ma brosse à dents !? ». Une autre personne joue la victime: celui qui veut aller au cinéma. Et on aperçoit aussi celui qui joue le sauveur: celui qui essaie de l’aider. A la fin on peut même se rendre compte que la victime change de rôle et passe en mode Persécuteur. « Je te l’ai dit, c’est pas si simple ! ».

On parle de rôle et ce n’est pas anodin. Il faut vraiment le voir comme ça. Qui dit rôle dit jouer dans une pièce, et c’est exactement ce que nous faisons quand nous endossons un de ces rôles. Nous jouons inconsciemment dans une pièce. Comme au cinéma, on peut changer de rôle voire…refuser de jouer un rôle.

J’aime beaucoup le Triangle Dramatique (l’expliquer, pas le jouer 🙂 C’est pourquoi je vais vous proposer une série d’articles sur le sujet. La semaine prochaine, nous verrons plus en détail le rôle de la Victime.

A chaque fois que je publierai un article sur ce thème je mettrai à jour l’historique ci dessous:

Articles concernant le Triangle Dramatique:

1. « Qu’est-ce que j’aimerais pouvoir aller au cinéma… » (Δ 1ère partie)
2. La Victime (Δ 2e partie)
3. Le Persécuteur (Δ 3e partie)
4. Le Sauveur (Δ 4e partie)
5. Que faire face au triangle dramatique ? (Δ 5e partie)
6. Que faire face à un Persécuteur ? (Δ 6e partie)
7. Un dernier pour la route ? (Δ Dernière partie)

Prenez soin de vous,

Bruno Sbille.

Photo par Habub3

Trop intelligent pour être heureux ?

Trop intelligent pour être heureux ?

« Trop intelligent pour être heureux ? » est un livre qui concerne la question des personnes dites « HP » ou à Haut Potentiel.

Il y a quelques années, l’auteur de ce livre, Jeanne Siaud-Facchin a écrit un livre sur les enfants surdoués. Une fois le livre publié, elle a été surprise d’avoir été contactée par nombres d’adultes ayant lu le livre et qui lui ont annoncé s’être reconnu dans le livre… C’est que qui lui a donné l’idée et l’envie d’écrire ce livre.

D’emblée l’auteur explique la difficulté liée d’une part aux termes existants: HP, Surdoués,… et d’autre part aux mythes et croyances sur le sujet.

Pour les termes, ils sont souvent mal choisis et peuvent prêter à confusion…

  • HP: « Je suis une personne à Haut Potentiel, houlà…il va falloir l’exploiter… »
  • Surdoué: « Je suis mieux que les autres ? »
  • Précoce: « Ha bon je le suis plus tôt que les autres et ensuite je redeviens normal ? »
  • Et si je ne suis pas HP… je suis moins bien qu’un HP ?

C’est pour cela que l’auteur préfère parler de…zèbres 🙂 Dans cet article j’utiliserai le terme « HP » car c’est le plus utilisé. C’est aussi un bon mot clé pour des recherches ultérieures.

En ce qui concerne les croyances et mythes, ils sont nombreux:

« Les HP, ils réussissent brillamment à l’école, puisqu’ils sont surdoués »
« C’est une question d’intelligence, on les reconnaît à leur QI élevé »
« C’est rare, des Einstein ce n’est pas tous les ans »
« C’est certainement une invention de mamans ou papas qui vont nous en faire des enfants rois »
etc…

En quelques mots être HP c’est un état. Ce n’est pas une question d’intelligence, les HP sont intelligents « autrement ». Par exemple ils ont souvent des problèmes à l’école car ils peuvent connaître la solution à un problème sans pouvoir en expliquer le raisonnement. Ils sont également caractérisés par une extrême sensibilité.

Quelques indices vous permettant de vous reconnaître « HP »

  • J’ai l’impression que mon cerveau fonctionne non-stop, que je réfléchis sans cesse. Parfois j’aimerais avoir un bouton STOP.
  • Parfois j’ai instantanément une idée, mais je me dis que ce ne doit pas être juste car sinon les autres l’auraient eue « aussi »
  • En un instant je sens si une personne est bien ou pas dans sa peau
  • Je suis extrêmement sensible
  • Quand une chose m’intéresse, j’apprends facilement et vais vite au bout des choses voir au delà
  • Quand je travaille sur une chose qui me passionne, je peux en oublier de manger ou de dormir
  • J’ai un sens de l’humour un peu décalé, ou qui ne fonctionne qu’avec certaines personnes
  • Je ressens notre monde comme injuste et n’ayant pas de sens
  • Mmm Mmm, oui je me reconnais dans tout ces critères…mais je ne suis pas HP ! Je ne suis pas intelligent.

La liste ci-dessus est juste un aperçu et n’est certainement pas suffisante pour vous reconnaître HP ou non. D’autant plus qu’une stratégie courante chez les HP est de gommer ses capacités afin d’être accepté par le groupe.

Par contre j’espère que cet article est suffisant pour vous avoir donné envie de lire le livre: Trop intelligent pour être heureux de Jeanne Siaud-Facchin. Peut-être vous ferez vous un cadeau en le lisant et en vous reconnaissant dans le sujet ? Peut-être aussi reconnaîtrez-vous des gens de votre entourage ? Et n’oubliez pas…quand on a un enfant HP il y a de grandes chances que l’un des parents ou les deux le soient…

Je vous souhaite d’agréables lectures,

Bruno Sbille.

Quelques liens supplémentaires pour approfondir le sujet:

Un livre encore meilleur, selon moi, est apparu: « Je pense trop »

Le livre: Trop intelligent pour être heureux de Jeanne Siaud-Facchin

La page Facebook de l’auteur: www.facebook.com/groups/zebrajeannesiaudfacchin/

Oui, mais…

Oui, mais…

J’aime apprendre par différents canaux et médias. Les livres peuvent nous apporter énormément. Je lis d’ailleurs beaucoup. Mais, au plus j’en fais l’expérience, au plus je prend du plaisir à apprendre par différents canaux (livres, films, émissions TV, Podcasts, discussions, jeux, formations, séminaires…) C’est pourquoi je vais vous parler d’un film…

Baignant dans la psychologie depuis plusieurs années et étant un grand fan de cinéma, je me suis rendu compte d’une chose… Dans les films, les psychologues sont souvent représentés de la même manière et souvent de façon peu reluisante… Le ou la psychologue est en général le personnage le plus déjanté du casting. Souvent on a droit à un barbu à lunettes ou à une femme très sexy… En tout les cas, et au risque de vous décevoir…une représentation assez éloignée de la réalité 🙂

Et c’est pour cela que je vous conseille ce film: Oui, mais… une comédie sentimentale sans prétention, voire assez sympa et qui a une particularité. C’est un des rares films que je connais ou le métier de psychologue est représenté de manière (selon moi) très juste. Loin des clichés habituels, on peut voir le psychologue (Gérard Jugnot) utiliser des outils actuels et parler de problèmes contemporains. En effet Freud et la Psychanalyse, c’était il y a plus de 100 ans. Depuis, d’autres branches se sont ajoutées à la psychologie.

La thérapie décrite dans le film est une thérapie brève (et non une psychanalyse), avec ses multiples techniques : PNL (Programmation Neuro Linguistique), analyse transactionnelle, gestalt, hypnose ericksonienne, jeux psychologiques,…

Donc si vous avez 1h30 de disponible et avez envie d’en apprendre un peu plus sur ce que ça peut bien vouloir dire « aller voir un psy » je vous conseille ce film.

Bonne vision,

Bruno Sbille.

Quelques Liens en plus:

Le fiche du film sur AlloCine: disponible via ce lien.

La bande annonce du film: